Aller au contenu

Problème avec la culture les Phragmipediums.


Petrocorie
 Share

Recommended Posts

Je cultive des paphioedilums depuis plus de trente ans, et depuis quelques années j’y ai rajouté naturellement les phragmipediums.  J’en ai actuellement une bonne dizaine.

Pour info, je les cultive tous en véranda  et dehors l’été. Pour les phragmis, j’apporte plus d’humidité. Côté substrat, dans un premier temps, ils étaient tous en sphaignes avec un résultat de floraison moyen. Depuis 2/3 ans, suite aux conseils d’un vendeur d’Ecuagenera, je suis passé à un substrat  composé à proportion égale de cocomix et tourbe blonde.

Jusque-là, pas de problème, j’avais plus de floraisons. Mais depuis 6 mois, je constate que certaines de mes plantes commencent à émettre une tige florale et que celle-ci stop net sa croissance après quelques centimètres d’élévation. 

Si vous avez une explication, un conseil ou un commentaire, je suis preneur.

Lien vers le commentaire
Share on other sites

j'ai plusieurs fois lu que la fibre de coco devait subir plusieurs traitements avant d'être utilisable pour la culture des orchidées

suivant les fournisseurs peut être que ce traitement est plus ou moins suivi et que la fibre pourrait dégager des substances toxiques pour la plante

mais ce n'est qu'une hypothèse ?

quelle est la granulométrie de ton cocomix ?

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Je suis curieux pour les réponses apportées car j'ai rencontré ce type de problèmes, dans le passé, pour phrag. Kovachii par exemple, allant même jusqu'à un début de bouton, puis tout s'arrête, alors que la plante se porte à merveille (racines, feuilles, ...).

J'ai échangé récemment avec un producteur qui m'a dit que cela arrivait parfois pour les phrag. mais pas convaincu par cette réponse.

Ceci étant dit, dans mon cas, je penche plus sur le fait que j'avais changé très légèrement de place,  quand la hampe florale est apparue (mais pas de substrat). Seraient-ils capricieux ?

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Lycaste - J’achète mon cocomix dans un magasin spécialisée dans la culture hydroponique. Il est garanti sans apport de produits chimique. Uniquement trempé, séché et broyé. Il ne se présente pas en granulés mais en poudre.

Lebouc – Ils changent de place 2 fois par an, en septembre et avril/mai pour aller dehors. Puis plus touché. J’ai lu moi aussi qu’ils pouvaient auto-avorter leur floraison si quelques choses ne leur convenaient pas, mais cela ne se produit pas à tous mes phragmis, quelques-uns fleurissent normalement.

Arno – Mes premières constatations remontent à la fin octobre, comme je l’ai écrit ci-dessus, certains ont fleuri et le sont encore, d’autres ont commencé le processus puis l’arrêtent  sans raison apparente. Le bouton est formé mais ne grossit plus. Je n’ose pas le toucher sachant que l’espèce est capricieuse.

Je joins une photo d’un bourgeon, du cocomix et du substrat in situ.

dscn7011.jpg

dscn7013.jpg

dscn7012.jpg

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Je rajoute  une ou deux poignées de gros morceaux d’écorce de pin  suivant la grosseur du pot.

Les  grands spécimens sont dans des pots de cymbidium qui sont beaucoup plus hauts que je leste avec des gros galets de décoration.

Tous mes pots de phragmis sont sur soucoupes qui sont en permanence remplies d’eau.

Lien vers le commentaire
Share on other sites

point de vue strictement intuitif :

ça m'a l'air vachement détrempé !

attention aux conseils des serristes car maintenir humide avec une forte hygrométrie ne revient pas au même qu'en milieu plus sec

ainsi avec une forte hygrométrie on peut maintenir un substrat très rétenteur toujours très légèrement humide et très longtemps = le substrat peut rester aéré en conservant une humidité résiduelle

et on n'a du coup pas besoin d'arroser ou très très peu

 

en milieu sec c'est plus compliqué

au chaud et pour te donner un exemple, je peux conserver des plantes humides en mini serre avec une forte hygrométrie, ça ne pourrit pas

au sec, et pour d'autres de mes plantes, maintenir humide, ça pourrit directe

au frais, en hiver si il fait humide tu n'arroses quasi pas

 

bref, pour moi, mais je le répète, ça reste intuitif, il n'y a pas 36 causes possibles

soit tu fais pourrir les racines avec ce substrat au frais et sec en arrosant trop

ou bien, mais je penche quand même sur mon idée précédente, c'est un problème de températures

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Je cultive aussi mon Phrag ainsi... le substrat toujours bien humide, avec un fond d'eau dans la soucoupe. Ils adorent ça... les Phrags poussent en bordure de rivières et de torrents. Tous les cultivateurs de Phrags que je connais font ça :)

Lien vers le commentaire
Share on other sites

il y a une heure, Cloodie a dit :

Je cultive aussi mon Phrag ainsi... le substrat toujours bien humide, avec un fond d'eau dans la soucoupe. Ils adorent ça... les Phrags poussent en bordure de rivières et de torrents. Tous les cultivateurs de Phrags que je connais font ça :)

Tu utilises quel type de substrat et pour quelles températures en hiver ?

Lien vers le commentaire
Share on other sites

L’hiver, je n’arrose pas mes  phragmis, je maintiens uniquement  +- 1 cm d'eau dans les soucoupes.

Je change le substrat tous les printemps et les racines sont plus belles que lorsque j’utilisais la laine de roche.

Il est fort possible que je fasse une, ou plusieurs erreurs de culture, mais j’applique cette méthode à la totalité de mes phragmis.

Pourquoi cet auto-avortement ne s'applique que sur 25% de mes plantes. Les autres fleurissent normalement et régulièrement.

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Tous mes phragmi ont déjà été en fleurs hormis un petit bessae qui est trop jeune.

J'ai utilisé le mot auto-avortement mais, c'est une erreur. Le bourgeon floral stoppe sa progression, mais rien me dit qu'il est mort. il ne sèche pas mais ne se développe plus.

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Il y a 2 heures, Petrocorie a dit :

Tous mes phragmi ont déjà été en fleurs hormis un petit bessae qui est trop jeune.

J'ai utilisé le mot auto-avortement mais, c'est une erreur. Le bourgeon floral stoppe sa progression, mais rien me dit qu'il est mort. il ne sèche pas mais ne se développe plus.

J'avais fait fait le même constat, sans solution, au détail prêt que mon substrat (très humide + soucoupe) n'était pas le même (sans tourbe).

L'affaire semble complexe 🧐 

Dans la nature, les plantes attendent des moments précis pour fleurir, particulièrement dans certains habitats : météo, insectes, ...

Elles montent une hampe florale, et certaines mettent en "stand by" le bourgeon en attendant par exemple la nuit pour fleurir (certains cactus par exemple) ou journée la plus ensoleillée, ...

Imaginons, que ce moment, pour des phragmipediums, n'arrive pas, pour une raison qui nous échappe, alors au bout d'un moment ce n'est plus "stand-by" pour le bourgeon mais "abandon" !!!! 

En tout cas je suis preneur aussi d'informations sur ce sujet

 

 

Lien vers le commentaire
Share on other sites

au delà de ça, l'année dernière j'ai une hampe qui s'est arrêtée sur un Phal hybride

je mets ça sur le compte d'une initiation de la hampe un peu tardive et sur un changement de conditions (températures plus élevées)

cette année il a refait une hampe et il est en fleurs mais rien sur le début d'ancienne hampe qui est toujours intacte

 

et je comprends la culture le cul dans l'eau mais le cocomix, pour en avoir chez moi, c'est quand même hyper dense une fois détrempé, et beaucoup moins aéré qu'un substrat avec un mélange plus classique à base d'écorces

@Petrocorie sur ta photo, et je ne sais pas de quand elle date, mais c'est plus détrempé qu'humide

 

après je ne connais pas les Phragmi et leur tolérance aux basses températures avec le cul dans l'eau

mais comme toutes les plantes ça doit aussi dépendre des variétés ?

à voir si ces mêmes plantes bloqueront l'année prochaine ou si c'est seulement une fois de temps en temps

dans le premier cas, il y aura sans doute un truc à voir au niveau humidité du substrat/températures

dans le second, c'est juste que ces plantes sont capricieuses comme supposé plus haut

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Merci pour vos nombreuses participations, je constate que le sujet vous intéresse aussi.

Pour répondre à Arno, concernant la photo du substrat, je l’avais prise en septembre pour contrôler la progression de la pousse qui émerge. Coté température et en cette période, ils sont dans la partie de ma véranda qui est la plus fraiche 14° mini / 20° maxi.

Voici un le lien  très intéressant d’un blog US traitant des phragmipédium.

https://travaldo.blogspot.com/2018/12/phragmipedium-orchid-care-and-culture.html

En lisant cet article, hormis le substrat que j’utilise qui est différent,  mon mode de culture est proche mise à par un paramètre que je ne respecte pas du tout (là est peut-être la raison de mon problème) c’est le dosage de l’engrais. Les miens ont le même régime  que les paphios alors que l’auteur nous apprend que les phragmis sont de gros mangeurs d’engrais.  

Il précise également que le Phragmipedium peut être subdivisé en deux catégories distinctes (les secs et les humides) qui nécessitent des besoins différents côté  arrosage et de substrat.

Le groupe des secs est constitué d'hybrides plus anciens contenant Phragmipedium caudatum, Phragmipedium sargentianum et Phragmipedium longifolium qui utilisent un mélange d'écorces de semis standard de 5 à 10 mm contenant de la perlite et parfois du sable de rivière grossier et de la vermiculite.

Le mélange de rempotage pour groupe humide contient 3 parties de sphaigne, une partie de roche volcanique et une partie de perlite. Il est destiné aux hybrides plus récents contenant Phragmipedium besseae et Phragmipedium schlimii. Le groupe humide doit être cultivé dans des soucoupes d'eau peu profonde d'environ 2 cm de profondeur pendant les mois les plus chauds dans un abri ou toute l'année dans la serre.

Il parle de botanique est 80% du marché est composé d’hybrides. D’où certainement des erreurs qui sont difficiles à éviter.

Je précise que les trois cas que j'ai constaté étaient sur de hybrides. Je n'ai qu'un seul botanique, Phragmipedium bessae et il est bien trop jeune pour fleurir prochainement.

Lien vers le commentaire
Share on other sites

très bon article 👍

et effectivement ça rejoint un peu mon intuition = humidité du substrat et températures basses

peut-être que l'année prochaine tu pourras rempoter ces plantes "capricieuses" en substrat plus classique et plus drainant ?

après il y a deux paramètres autres tels que la lumière et les températures, certaines variétés étant plus gourmandes que d'autres et idem certaines plantes qui aiment avoir un peu plus chaud

mais je ne pense pas que ça soit la cause du soucis sinon tu n'aurais pas le début d'une floraison

 

Lien vers le commentaire
Share on other sites

  • 1 year later...

bon jour

j ai depuis le mois d abril prhagmipedium sedenii = longifolium x schlimii , mon substrat est ecorce de pin moyen, avec un reservoir d eau que je change presque tous les jours, et j arrose par le haut,  il se porte bien, mais j ai un doute par raport au calcium, svp il y a quelqu un qui a cette plante? si oui, quelles sont vos recomendations .

merci d avance !

Lien vers le commentaire
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...